Sites   ///   Université de Montpellier   ///   ENT

7C – Les flux veineux provoqués

Les flux veineux provoqués

 

L’examen Doppler des veines des membres fait régulièrement appel à des manœuvres dynamiques permettant d’accélérer et intensifier le flux veineux de sorte à pouvoir tester la perméabilité de l’axe examiné et la continence de ses valvules.

–         La compression manuelle large des masses musculaires d’amont provoque une accélération franche mais transitoire du flux veineux sur le réseau profond (par exemple sur la veine poplitée et la veine fémorale superficielle lors de la compression des muscles du mollet). Cette manœuvre est généralement appelée « chasse veineuse ».

–         Lorsqu’elle est pratiquée sur le sujet en position debout, cette manœuvre permet en outre d’apprécier la continence des valvules veineuses : l’accélération transitoire du flux est suivie d’un reflux franc en cas d’incontinence. (fig. 6)

–         La compression des masses musculaires d’aval permet (en théorie) d’apprécier aussi la continence des valvules, en montrant un reflux franc. Cependant, une réponse négative à cette manœuvre n’apporte pas de certitude quant à la continence valvulaire : les manœuvres effectuées en position debout sont plus fiables (et plus « physiologiques »).

–         La surélévation passive du membre au dessus du plan d’examen provoque une vidange par gravité, entraînant l’augmentation franche et prolongée du flux sur le réseau veineux profond, notamment en racine de membre.

–         La toux volontaire permet aussi de tester la continence des valvules sur les veines proximales. Lorsque les valvules sont continentes, on observe un bref accident de faible amplitude, sans véritable inversion du flux. En cas d’incontinence valvulaire proximale, l’inversion du flux est franche et rapide, bien que de brève durée.

–         La manœuvre de Valsalva (hyperpression thoracique à glotte fermée) est de réalisation plus difficile pour certains patients, à qui il faut donner des explications imagées (« poussez comme pour aller à la selle »). Chez le sujet normal, cette manœuvre provoque une interruption nette du flux sur les veines proximales des membres inférieurs, puis, lors de la reprise expiratoire, une restitution rapide. En cas d’incontinence valvulaire, on constate une inversion franche et prolongée du flux veineux durant toute la phase d’hyperpression thoracique.

–         Dans certains cas, l’évaluation (sommaire) de la continence des veines proximales peut s’aider d’une simple compression abdominale, par la main de l’examinateur posée à plat sur l’abdomen du patient, et exerçant une pression ferme au moment de l’inspiration.